Igudesman et Joo

Amateurs du classique chiant, surtout passez vôtre chemin.

Si pour vous les Mozarts, Beethoven, Liszt… ne peuvent êtres joués qu’en leurs restant fidèles alors vous n’aimerez pas ces deux compères, j’ai nommé Alek­sey Igudes­man et Hyung-ki Joo.

Du classique certes, mais du classique moderne qui bouge, pas celui poussiéreux classique et snob.

Pour ceux qui sont sur paris vous pouvez aujourd’hui et demain aller les voir en direct (salle pleyel), et ceux qui ne peuvent vous pouvez les visionner sur le net.

trêves de blabla, place à l’art et à la musique (et au rire)<;

Libre numérique: bien plus encore

Vous savez que je ne suis pas un adepte du livre électronique. Pour moi son usage est et restera mineur. je ne vais pas réécrire ici ce que j’ai écrit dans cet article, puisque je l’ai déjà dit.

Je veut juste vous parler ou est ce qu’on peut les trouver.

Pour ceux qui veulent s’emmerder avec les drm, vous aurez le choix entre les différentes boutiques de ces pourris d’apple, amazon, samsung et autre machin en store.

 

Pour ceux qui veulent avoir un vrais livre électronique, vous avez le très célèbre team alexandriz, mais comme se contenter d’une seule source n’est pas une bonne chose.

 

InLibroVeritas (éditeur)

Projet Gutenberg (assez connus)

Gallica (pour les docs anciens)

Selinum

ebooksgratuits

Livres-pour-tous

feedbooks

youboox (applis à télécharger mais avec des pubs, ou payant sans pub)

si vous cherchez également des poèmes, textes audio allez voir la liste sur numé.

source.

Creative commons: description

(attention: des phrases violentes peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes: pam, aie ma sensibilité, euh désolé)

 

Vous venez d’entendre une super musique/voir une vidéo qui déchire, et vous souhaitez l’utilisez (ça fait pub ce que je dit ^^).

Mais un immense obstacle se dresse devant vous.

LE COPYRIGHT

(tadandan)

quand je vous disait qu’il y avait des phrases violentes.

Ou plus communément appelé: les droits d’auteurs. En règle générale vous ne pouvez:

visionner, diffuser, modifier, télécharger, plagier (intrus), ou faire quoi que ce soit avec une œuvre de l’esprit (oui c’est le vrais nom), si vous n’en possédez pas les droits!

Chiant non? mais vous pouvez toujours contacter l’auteur (qui n’est pas toujours l’ayant droit), pour lui demander l’autorisation, mais encore faut t’il qu’il accepte (parfois avec rétribution).

Cependant, pour certaines personnes (des artistes, créateurs, penseurs…), cette marchandisation de l’expression culturelle est une ignominie, et le partage est primordial car tout est partage.

C’est ainsi que sont nés les licences libres (creatives commons), qui bien qu’elles en soient pas les seules (licence art libre par exemple), sont majoritairement utilisés par ceux qui veulent partager le contenu de leurs œuvres.

Oh les sales gauchos, c’est que des communistes a vouloir tout partager on voit comment ça fini, au goulag, et en plus c’est des pigeons (ah non ça on as plus le droit de le dire ^^), ils ne se font même pas payer.

Il faut clarifier un point important, libre de droit ne signifie pas pour autant de faire n’importe quoi, et il y a des règles à respecter, cela vas de citer l’auteur, ne pas modifier l’œuvre, ne pas en tirer profit.

Vous trouverez sur le site

Creative Commons France.

Toutes les info nécessaires qui différencie chacune des cc.

vous pourrez également chercher des vidéos, musiques, images sous cc (donc avec moins de problème qu’avec la licence sacem).

aparté: vimeo et you tune ont aussi des vidéos sous cc (il faut le spécifier dans le filtre de recherche).

Tout ce qui n’est point prose t’est vert!

tout ce qui n’est point vers est prose.

je partage avec vous ces vers que j’ai découvert dans la grande brousse du web.

 

Ceux qui s’aiment la haine

Au village doux et sage

Il rase les murs, Ahmed

Les gars d’ici ont la rage

Comme ceux de son bled

Ce sont toujours les mêmes

Qui au nom de Dieu

Posent des problèmes

Et font les hommes haineux

A la cité, tout en opacité

Il rase les murs, David

Ils ne veulent pas de judaïté

La liberté, ils la trucident

Ce sont toujours les mêmes

Qui au nom de Dieu

Posent des problèmes

Et font les hommes haineux

A la colonie en sursis

Il rase les murs, Benoît

Ils sont pointés ces Uzzis

Sur l’étranger montré du doigt.

Ce sont toujours les mêmes

Qui au nom de Dieu

Posent des problèmes

Et font les hommes haineux

Il couche avec un fusil

Le fier colon hébreux

Sa Torah rabâchée en argutie

Pour la terre de ses aïeux

A à tort et à travers

Il diffuse le cancer ténébreux

De la pâle estime de la Palestine

Ce sont toujours les mêmes

Qui oublient Abraham

Et qui jettent l’anathème

A en perdre leur âme

Partout il veut sa Loi

Le prétendu mahométan

Son coran ivre de fatwa

Pour la terre livrée à ses tourments

Ces corps en saignant

Dans les tours que moi j’aimais tant

Crient à mort, faute à toi

Ce sont toujours les mêmes

Qui oublient le Livre

Et qui soulèvent le dilemme

Comment allons-nous vivre ?

De l’ombre des clochers

Le gueux chasse le gitan

Sa Bible pas encore défrichée

Pour la terre de ses sarments

Ta Bible tu devrais la déchiffrer

Cloche, comme il en gît tant

Tu m’en fais le serment ?

Ce sont toujours les mêmes

Qui oublient l’humanité

Et qui nous laissent pas indemnes

De leurs monstruosités.

Auteur André Perchet.

(s)Tar Wars, faites vôtre propre sabre laser.

nb: on me dit que les puristes, sont contre cette appellation et que sabre de lumière serait plus juste (lightsabre).

Mais qu’est ce qu’ils me font chier????

oh et puis merde, je fais ce que je veux!!!

^^

Pour ceux qui suivent un peu l’actu (et notamment celle du cinéma), vous savez que George Lucas à vendu son bébé à ces biiiiiiiip enfoirés de connards de salopards de fils de putes de majors d’hollywood.

Résultat: bientôt le n°7.

Du coup j’ai baroudé un peu et découvert que des passionnés (ou dingues ^^), ont fabriqué leurs propres sabre.

chose que j’aurai bien fait moi même si j’avais le temps.

un premier lien (et video), en français, pour le modèle récent

source.

watch?feature=player_embedded&v=u9EvjRsc58w

un second (pour les anglophones), pour un modèle ancien (celui de obi wan)

source.

Bon je vous laisse, j’ai la princesse leia qui m’attend ^^.

Halloween? non Samain

Si je vous dit halloween, je suppose que vous connaissez.

Si je vous dit fête de Samain, je pense que vous connaissez moins.

 

 

C’est confirmé, vous êtes bien lobotomisé par l’hégémonie culturelle américaine… ^^

 

Voici donc de quoi augmenter vos connaissances culturelles.

 

Halloween (fête amerloque qui n’a été populaire en France seulement pendant la demie décennie qui a vus son importation), qui tire ses sources d’une fête païenne (comprenez, non catholique et non pas, hérétique; comme l’on aurait tendance à le croire). Fête issu du folklore irlandais.

Mais si vous vous ne vous rappelez pas? les trolls farfadets, fée, gnomes (ancien nom de nains), korrigans (presque pareil que les gnomes). etc.

C’était donc la fête des morts moment ou toute les communautés (beaucoup de villages à l’époque), se retrouvaient tous ensembles pour célébrer le souvenir des défunts et ancêtres.

la lumière mais surtout l(obscurité (se déroulait la nuit), étaient aussi symboliques que les citrouilles (jack O lantern).

 

j’ai fait bref, mais si vous voulez approfondir un peu plus.

 

 

 

Les dollars de Bilbon

Les passionnés (dont moi) de l’univers du seigneurs des anneaux savent depuis plusieurs années que Peter Jackson comptait portait au cinéma le prologue de la trilogie à savoir Bilbon (bilbo) le hobbit.

Le gouvernement de Nouvelle Zélande a toujours été très impliqué dans la réalisation de ces films (puisque tournés à 100% la bas pour les scènes extérieure et paysages).

Du coup pour commémorer l’arrivée prochaine du film, ils ont annoncé il y a 2 jours l’émission de pièces (dollars néo-zélandais) à l’effigie de bilbon sacquet, (ainsi que d’autres personnages).

et pour patienter en attendant le films, voici la bande annonce.

Rendez vous tous le 12 décembre, dans les salles obscures… grottes de la terre du milieu.

édit: au moment ou j’écris cet article (autrement dit hier quand vous lirez ce billet), Arte passe un reportage sur justement la Nouvelle Zélande. Est ce le hasard ou était ce le destin?